Ces dernières années, on parle énormément des risques et des dangers de la cigarette électronique. Produits cancérigènes ou non conformes, risque d’explosion ou de mauvaise combustion, ou encore porte d’entrée vers le tabagisme chez les jeunes, beaucoup d’études et de spécialistes pointent du doigt le manque de recul que l’on a sur l’e-cigarette. Pourtant, elle reste bien moins nocive que la cigarette classique et permet pour un certain nombre de fumeurs de réduire, voire d’arrêter complètement de fumer.

 

L’e-cigarette comme outil de sevrage

 

90% des fumeurs en France ont déjà essayé la cigarette électronique, et un tiers d’entre eux ont réussi à Arrêter de fumer grâce à elle. Désormais, dans les services liés au sevrage du tabac, nombreux sont les professionnels à accueillir la cigarette électronique comme un outil supplémentaire dans la lutte contre l’addiction. La cigarette électronique permet de conserver le geste et la sensation de la fumée (remplacée ici par de la vapeur d’eau) que l’on inhale, et de remplacer facilement les cigarettes dures à supprimer (après un repas, en même temps qu’un café, pendant un apéro ou une soirée) par du vapotage.

 

 

Pour mettre toutes les chances de son côté, l’idéal est de consulter un médecin ou un centre de prévention en tabacologie, afin de se faire accompagner dans sa démarche. Si le choix de sevrage se porte sur l’e-cigarette, il convient alors de suivre quelques conseils. La cigarette électronique doit remplacer le tabac de manière totale, et si après avoir vapoté, l’envie de fumer reste encore présente (chez les gros fumeurs généralement), il est possible d’augmenter la dose de nicotine dans sa cigarette, ou si cela ne suffit pas, d’utiliser des patchs qui, associés à la cigarette électronique, fourniront la dose de nicotine nécessaire pour ne pas ressentir de manque.

Pour éviter la rechute, il convient également d’arrêter progressivement, et de ne pas ranger l’e-cigarette au placard dès que l’on se sent mieux. Diminuer le dosage en nicotine au fur et à mesure permet d’arrêter de fumer en douceur. Enfin, les tabacologues conseillent aux fumeurs de prendre le temps de choisir son modèle d’e-cigarette, qui doit être adapté à chacun. Nombreux sont les fumeurs ayant essayé la cigarette électronique sans succès à avoir abandonné à cause d’un produit qui ne leur convenait pas.

 

Bien choisir sa cigarette électronique

 

Dommage, quand on voit tous les modèles et tous les liquides qui existent aujourd’hui sur le marché. plusieurs  marchands, il est possible de choisir entre plusieurs dizaines de modèles de cigarettes, dont les modèles les plus connus sont l’eGo-T et l’eGo-CE4, qui sont à conseiller pour la majorité des débutants. Ensuite vient le choix de l’arôme de l’e-liquide que l’on vapote : fruits, menthe, chocolat, bonbons, ou même tabac, les liquides se déclinent en dizaines de parfums. N’hésitez-pas à en essayer plusieurs, notamment si vous vous rendez dans une boutique, et ce jusqu’à ce que vous trouviez le ou les parfums qui vous procurent le plus de plaisir lors du vapotage. En ce qui concerne la nicotine, les e-liquides possèdent plusieurs dosages, de 0 à 20mg. N’hésitez-pas à choisir un modèle avec nicotine si vous êtes gros fumeur, et à augmenter la dose si jamais elle ne vous suffit pas. Cela demande un petit investissement de départ et un bon mois de tests et d’essais, mais chaque fumeur est différent et doit trouver la façon de vapoter qui lui convient pour réussir à arrêter efficacement le tabac.

 

Enfin, le vapoteur peut également sélectionner ses liquides en fonction de leur composition, faite de glycérine végétale ou de propylène glycol, dont la vapeur est moins dense. La densité de la vapeur se joue également sur la puissance du modèle d’e-cigarette, calculé en Watt à partir de la résistance et de la tension électrique. Il convient à chacun de trouver la bonne combinaison, puisqu’une cigarette proche de 4 watt produit une quantité de vapeur plus faible et plus froide, un « hit » (cette fameuse sensation de la fumée que l’on sent passer avec force dans la gorge) moins fort, mais aussi un parfum plus intense, là où une cigarette de 9 watt provoque une vapeur chaude et dense, un « hit » que l’on sent mais aussi une consommation plus rapide du liquide et de la batterie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *