Les drônes, ces appareils volants sans pilote, sont bien souvent associés aux opérations militaires et utilisés dans le cadre de missions de combat ou de surveillance. Le plus connu d’entre eux étant le Prédator, un appareil américain qui peut, en fonction de ses versions, effectuer des missions de reconnaissance et même d’attaque grâce à des missiles dont il peut être équipé. Cet appareil, d’une tonne environ au décollage, est le fruit de la recherche dans le domaine des avions sans pilote mais il masque en fait bien d’autres types d’appareils et d’évolutions technologiques pouvant même se retrouver dans notre magasin de jouets favori. C’est notamment le cas des quadricoptères, et autres multicoptères qui mêlent les principes de fonctionnement des hélicoptères et des drônes.

 

Quadricoptères et drônes miniatures, des labos aux rayons jouet
Quadricoptères et drônes miniatures, des labos aux rayons jouet

Principes de fonctionnement d’un quadricoptère

Un quadricoptère, ou quadrirotors, vous l’aurez sans doute deviné, est un appareil possédant quatre rotors. L’étude de ce genre d’appareil volant n’est en fait pas récent et remontent aux années 1920, période pendant laquelle des ingénieurs s’attelaient déjà à la fabrication de ce genre d’engin. C’est le cas du Oehmichen No.2 et de l’hélicoptère de Bothezat, deux appareils pionniers dans ce domaine. Les qualités de ces nouveaux engins sautèrent immédiatement aux yeux de leurs constructeurs respectifs mais les techniques de l’époque ne permirent de pousser plus loin les avancées dans ce domaine.
L’évolution des techniques numériques et informatiques et l’essor des drônes ont immédiatement remis au goût du jour ce genre d’appareils possédant de multiples avantages.
En effet, le premier point notable pour les quadricoptères est la possibilité de décoller et d’atterrir verticalement, tel un hélicoptère conventionnel. De quoi faciliter grandement l’accès à des zones aux terrains escarpés ou à des lieux ne possédant tout simplement pas d’aérodrome. De plus, la structure en elle même de ces multicoptères possède de nombreux avantages. Nul besoin par exemple de plateaux cycliques comme sur les hélicoptères pour faire varier l’inclinaison des pâles et ainsi permettre à l’engin d’avancer ou de virer. Chaque rotor, ou pâles, est d’un diamètre bien plus réduit. Enfin et surtout, l’utilisation de plusieurs rotors permet à l’engin d’obtenir une stabilité sans précédant grâce à un processeur qui adapte la vitesse de chaque rotor pour permettre à l’appareil de se stabiliser, d’aller dans n’importe quelle direction ou de réaliser un panel très large de figures acrobatiques.
Le sens de rotation des rotors va par deux, ainsi chaque rotor tourne dans le même sens que le rotor qui lui est diamétralement opposé. Les effets de couple étant ainsi annihilés par chacune des deux paires de rotor.

Quadricoptères et drônes miniatures, des labos aux rayons jouet
Quadricoptères et drônes miniatures, des labos aux rayons jouet
Quadricoptères et drônes miniatures, des labos aux rayons jouet
Quadricoptères et drônes miniatures, des labos aux rayons jouet

Quelle utilisation pour les multicoptères ?

Les multicoptères, qui ont évolué à vitesse grand V dans les laboratoires de recherche, offrent de nombreuses applications militaires mais aussi civiles. Ainsi outre les missions de surveillance classique, ces petits appareils permettent l’observation et la prise de vue aérienne grâce à l’emport de petites caméras. Ils sont par exemple de plus en utilisés pour filmer des paysages ou des monuments puisqu’ils ne nécessitent pas la logistique lourde d’un hélicoptère et le coût d’usage qui l’accompagne. Vous avez par exemple pu voir à l’œuvre ces appareils lors du dernier Tour de France qui ont été grandement utilisés par France Télévisions dans le cadre de prise de vue aérienne en marge de l’épreuve cycliste.
Enfin, ces appareils trouvent une destinée toute autre que celle des drônes, à vocation purement militaire, et se retrouvent dans les rayons jouets de grandes enseignes. En effet, depuis l’apparition du Parrot AR.Drone, conçu et commercialisé par la société française Parrot, les quadricoptères deviennent de véritables jouets. Piloté grâce à son smartphone via le Wi-Fi, ce modèle a connu un véritable succès dès son lancement et de multiples quadricoptères ont ensuite vu le jour. Associés à l’univers du modélisme, ces multicoptères font le bonheur des amateurs d’appareils radio-commandés. Il vous sera même possible, avec les modèles les plus performants, de planifier l’itinéraire de votre drône personnel grâce à des points GPS.

Objets de recherches poussés dans des domaines aussi variés que l’aéronautique, l’informatique ou l’électronique, les recherches sur les drônes et plus particulièrement sur les appareils à décollage et atterrissage vertical, ont permis de dévoiler de nouveaux appareils dont les applications civiles mais surtout ludiques sont inattendues. Plus faciles à piloter qu’un hélicoptère, les quadricoptères ont su trouver un large public. Associé le à une caméra miniature, il vous est même désormais possible de réaliser de véritables petits films spectaculaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *