L’eau de Javel, désinfectant et détachant miracle !
L’eau de Javel, désinfectant et détachant miracle !

L’eau de Javel désinfecte, détache, blanchit et désodorise toute la maison. Mais qui connaît vraiment l’histoire, la composition et les propriétés exactes de ce produit familier ? Petit tour de la question…

Découverte de l’eau de Javel et de ses propriétés

L’eau de Javel est l’invention du chimiste français Louis Berthollet. Celui-ci a découvert, au XVIII° siècle, les propriétés décolorantes du chlore. Il fabrique alors une solution à base de chlore, destinée à blanchir les toiles. Cette invention est surnommée « lessive de Berthollet ». Mais, en 1777, sa production est transférée à une nouvelle usine située dans la ville de Javel, à côté de Paris (aujourd’hui quartier Javel). La solution prend alors le nom d’eau de Javel. Ce n’est qu’en 1820 que les qualités désinfectantes des dérivés du chlore sont découvertes, par le pharmacien Antoine Germain Labarraque. Au XIX° siècle, l’eau de Javel va donc envahir les hôpitaux. C’est aussi à cette époque que l’on met au point le traitement de l’eau potable par l’eau de Javel.

Composition, présentation et conservation de l’eau de Javel

Aujourd’hui, la formule exacte de l’eau de Javel est une solution d’hypochlorite de sodium et de chlorure de sodium (du sel). En France, elle est disponible en formule eau de Javel classique, avec un pourcentage de 2,6 % de chlore actif. Elle est commercialisée sous forme de flacons, d’une capacité de 1 à 5 litres. Elle peut se conserver jusqu’à 3 ans, à condition d’être stockée dans un endroit frais et à l’abri de la lumière.

On peut aussi la trouver sous forme de Concentré de Javel, avec 9,6% de chlore actif. Cette deuxième présentation doit être diluée rapidement (dans les 2 ou 3 mois). L’eau de Javel ainsi obtenue doit être versée exclusivement dans un ancien bidon d’eau de Javel. Les conditions de conservation sont ensuite les mêmes que pour la formule à 2,6%.

L’eau de Javel ne présente aucun risque d’explosion, ni d’inflammabilité. Elle est par contre toxique et corrosive, et il faut éviter tout contact direct. Elle produit aussi un gaz très dangereux, le dichlore, au contact d’un produit acide (détartrant, ammoniaque…). Il ne faut donc jamais la mélanger ! Et, dans tous les cas, l’eau de Javel doit être conservée hors de la portée des enfants.

L’eau de Javel, le meilleur désinfectant…

Si l’eau de Javel est utilisée dans les hôpitaux, c’est parce qu’elle représente à ce jour le meilleur désinfectant connu. Elle a la particularité de réagir au contact des protéines et de les oxyder. Or, les protéines sont des constituants essentiels des micro-organismes vivants tels que bactéries, virus, moisissures, spores de champignons… En variant les concentrations et les temps d’application, l’eau de Javel est capable de tuer tous les micro-organismes connus. Son spectre désinfectant est tout simplement complet. On l’utilise diluée dans de l’eau froide ou tiède. La surface à désinfecter doit avoir été nettoyée au préalable. Ensuite, il faudra rincer.

Et une action blanchissante incomparable !

Enfin, on sait depuis le XVIII° siècle que l’eau de Javel n’a pas son pareil pour blanchir. Elle est notamment utilisée pour donner de l’éclat et de la luminosité aux textiles végétaux (cotons, lins…) ternis par les lavages successifs. Elle sert aussi à détacher et fonctionne particulièrement bien sur les taches de type vin, café, thé, sauces, fruits ou encore sur les tâches de sang. On l’utilise enfin pour désodoriser, car l’eau de Javel détruit les bactéries et moisissures responsables des mauvaises odeurs.

Le saviez-vous ?

En France, 245 millions de litres d’eau de Javel sont vendus chaque année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *