Incarnation du rêve américain, Sinatra reste aujourd’hui encore l’une des plus grandes stars de tous les temps. Parti de nulle part, arrivé au sommet, le gangster séducteur aura réussi à mettre le monde à ses pieds.

Originaire d’une famille peu aisée d’immigrés italiens, Frank Sinatra voit le jour le 12 décembre à Hoboken dans le New-Jersey. Débrouillard et gouailleur, le jeune homme surfe sur les débuts du microphone en devenant chanteur dans les années 30. Sa voix enjôleuse lui assure alors déjà un petit succès, notamment auprès de la gent féminine. Plus tard, il intègre opportunément un big band, puisqu’il est de bon ton d’en faire partie alors. Ce sera le Hoboken Group. Sinatra se glisse partout où il faut être ; comme auprès du chef d’orchestre à succès Tommy Dorsey, avec qui il enregistre I’ll Never Smile Again, son premier succès. On l’aperçoit même alors à l’écran.

L’irrésistible ascension

Mais Sinatra décide qu’il veut faire carrière seul, vite et de préférence au sommet. Il y parviendra, comme avec tout ce qu’il touchera… aidé, on le soupçonnera longtemps avant d’en avoir la certitude après sa mort, de la Mafia… En 1942, il enregistre son premier succès solo Night & Day. S’enchaîneront d’autres tubes : There Are Such Things, I’ll Be Seeing You, It’s Always You… Sinatra devient vite un phénomène. Le crooner séduit partout et tout le monde. On lui confie même des émissions de radios de grande écoute, et il décide de tenter sa chance au cinéma. Là encore, la réussite est au rendez-vous. Il obtiendra même l’oscar du meilleur second rôle pour sa prestation dans From Here to Eternity.

Côté vie privée, il a d’abord trois enfants avec sa première épouse, Nancy Barbato, avant de tester allègrement son pouvoir de séduction auprès de la gent féminine. Son aventure avec la très populaire Ava Gardner fera couler beaucoup d’encre et passionnera les ménagères du monde entier. Suivra la petite Mia Farrow, avant qu’elle ne succombe au charme autrement différent de Woody Allen.

Le come-back du siècle

Comme dans toute carrière, celle de Sinatra connaît malgré tout un trou d’air dans les années 50. Elvis fait son entrée sur la scène internationale, puis c’est au tour des Beatles. Très respecté par tout cette jeune génération, et toujours adulé par leurs parents, Frank peine malgré tout à faire connaître ses mélodies à ce nouveau public.

Sa grande force sera de faire avec ses come-backs, car il y en aura plusieurs, des succès de plus en plus retentissants… En 1966, il revient avec… Stranger In The Night ! Il s’en vend des millions d’exemplaires à travers le monde. L’année suivante, il enregistre un duo avec sa fille Nancy, alors chanteuse pop. Ce sera Somethin’ Stupid. En 1969, Paul Anka lui traduit les paroles de la chanson d’un certain Claude François, ce sera My Way. Enfin en 1977, Sinatra revient avec l’inoubliable New York New York. Il meurt en 1998 d’une crise cardiaque. Il est au sommet, qu’il n’a en fait jamais quitté.

Alors même si, à sa mort, certains ont exhumé le passé trouble de cet ami des mafieux, et que des zones d’ombres, dans la vie de Sinatra, il est indéniable qu’il y en a, il est et restera une des plus grandes icônes du XXe siècle et même de toute l’histoire mondiale de la chanson.

Le saviez-vous ?

Lorsque Frank Sinatra a vu le jour, l’accouchement s’est très mal passé. On a utilisé les forceps, et l’enfant est dans un tel état qu’il est laissé pour mort. Il aura la vie sauve grâce à sa grand-mère qui le plongera dans l’eau glacée… !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *